/ / /

 

 

 

1er janvier - 1er août 2011

 

 

La Nouvelle-Calédonie est une étape importante dans notre voyage car c'est là que nous allons nous poser un peu pour travailler. Nous partons de Polynésie le matin du 31 décembre 2010 pour arriver le matin du 1er janvier 2011 après seulement 6h de vol.. eh oui, nous passons le réveillon dans l'avion ! Le commandant de bord nous souhaite une bonne année et la compagnie nous offre le champagne ; )
Mais, nous sommes tout de même un peu déphasés quand nous arrivons en Nouvelle-Calédonie !

NouméaArrivés à l'aéroport, nous comptions prendre le bus pour rejoindre Nouméa, située à une cinquantaine de kilomètres.. C'était sans compter le jour férié bien sûr, il n'y a pas de bus !
Nous demandons les prix des navettes privées, mais celles-ci sont vraiment à des prix excessifs (6000CFP pour nous deux). On est bien embêtés et on tourne un peu en rond jusqu'à ce que So arrête une voiture au culot. Il s'agit d'un père et son fils Laurent et David qui viennent de louer une voiture et qui vont vers Nouméa. Ils acceptent volontiers de nous prendre et ne veulent même pas d'argent en retour. Laurent a bien voyagé et nous indique des coins sympas. Ils nous aideront même à trouver l'adresse de notre studio à Val Plaisance.. Encore merci et bon voyage à vous ; )

Un autre Laurent, un ami qui s'est installé en Nouvelle-Calédonie, nous laisse son studio pour deux mois et nous permet, ainsi, d'éviter de prendre une chambre d'hôtel qui nous reviendrait bien plus cher. Nous nous installons donc dans ce petit studio situé dans un quartier calme, à côté de l'Anse Vata. Laurent nous fait un peu découvrir la ville, mais le décallage horaire et la chaleur nous achèvent vite en fin de journée !

 

Nous déposons des c.v. à droite à gauche, et visitons la ville à notre rythme. Le temps n'est malheureusement pas avec nous, nous sommes en pleine saison des pluies. Le ciel reste gris et incertain et surtout il fait très chaud ! Selon les locaux, c'est la première année qu'il fait aussi chaud ! On espère bien que ce n'est pas tout le temps ainsi.. Néanmoins, cela nous apporte de magnifiques ciel orageux et de beaux arcs-en-ciel.

 

Nouméa, Baie des CitronsLe 4 janvier, nous avons droit au feu d'artifice de la ville pour la nouvelle année. Malheureusement, nous sommes un peu loin et nous n'apercevons que le bouquet final qui est très joli ; )

L'agence d'interim dans laquelle nous nous sommes inscrits nous appelle un beau matin pour nous proposer à tous les deux du travail : il s'agit de faire l'inventaire d'une boutique de vin et de foie gras. On dit oui, bien sûr, même si la matinée ne nous rapporte finalement pas grand chose.. si ce n'est de cotoyer de bons produits ; )

 

Sophie trouve quand même vite un travail, elle est embauchée dans une grande librairie du centre ville.

 

Le mardi 11 janvier, une pré-alerte cyclonique est lancée sur l'ensemble de la Nouvelle-Calédonie. Celui-ci se trouve sur les Vanuatu et devrait normalement nous toucher dans deux jours.. rassurant !

 

Il y a cinq étapes pour les alertes :

 

- alerte jaune : le cyclone est repéré, il faut faire attention au vent fort, faire des provisions d'eau potable et de denrées de base (riz, pâtes..).

- alerte orange : le cyclone approche, le vent est encore plus fort, les magasins ferment, il faut rentrer les objets pouvant s'envoler et rejoindre un abri sûr.

- alerte rouge : le cyclone est là, interdiction de sortir. Le calme revient quand l'oeil du cyclone est au-dessus, il ne faut pas sortir pour autant, le cyclone est toujours là.

- alerte grise : le cyclone est passé mais il faut rester prudent quant aux chutes d'arbres ou fils électriques.

 

Nous sommes pour l'instant en alerte jaune, le vent est fort et il y a de violentes bourrasques, mais c'est tout. Les gens continuent de vivre normalement, ils ont l'habitude !

 

Nous faisons néanmoins une réserve d'eau. Normalement l'eau du robinet est potable mais avec de fortes pluies et coulées de boues, elle peut devenir trouble.

 

Nous restons deux jours en alerte jaune jusqu'à vendredi où nous passons en alerte orange à 5h du matin, puis en rouge à 10h du matin. Les deux alertes sont rapprochées car la dépression tropicale Vania s'est renforcée et a changé un peu de cap. Toute la journée de vendredi, nous restons donc chez nous regardant les éléments se déchainer dehors. La pluie ne s'arrête pas, le vent plie les palmiers.. Celui-ci atteindra une vitesse de 144km/h et la pluie 166mm.

En début d'après-midi, le vent et la pluie se calment. On dirait que le cyclone est passé, mais nous sommes en fait dans l'oeil du cyclone, dont la force reprendra de plus belle quelques heures plus tard.

Un tremblement de terre de 7 sur l'échelle de Ritcher est aussi ressenti dans la nuit par les habitants (sauf nous qui dormions profondément !).

 

Heureusement, nous sommes bien à l'abri et mis à part les canisses de notre balcon nous n'avons aucune casse à déplorer. On se sent quand même bien petits face aux forces déployées par la nature !



Avec ce climat peu avenant et les économies qui s'épuisent, nous ne bougeons plus beaucoup et cela nous fait bizarre par rapport à notre vie de nomade. Nous sommes devenus sédentaires !

 

Nouméa, Centre Culturel TjibaouNous sommes arrivés depuis deux semaines et n'avons encore rien visité ; alors lorsqu'un matin le ciel est d'un bleu pur et que le soleil ne brûle pas, nous décidons d'aller voir le Centre Culturel Tjibaou dans la baie de Tina.

Jean-Marie Tjibaou est un héros ici. C'est un ancien prêtre qui est devenu le leader du Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste pour l'indépendance des Kanaks. Le centre culturel a été construit sur le site du festival Melanésia 2000 organisé en 1975 par J-M Tjibaou.

Le centre compte dix cases dessinées par Renzo Piano (architecte du Centre Georges Pompidou à Paris). Celles-ci sont fabriquées en iroko, bois africain résistant au cyclone et naturellement ventilées. Le vent crée d'ailleurs une musique douce en s'y engouffrant.

Nous visitons plusieurs salles exposant différentes sculptures en bois et en métal, ainsi que des peintures originales et modernes venant de toute l'Océanie. Nous parcourons aussi le "chemin kanak" avec plusieurs espèces d'arbres et de plantes du continent. Le site est vraiment très agréable, surtout par beau temps !

Nous rentrons à pied lorsqu'un jeune kanak nous prend en stop et nous montre un beau point de vue à Ouemo. Nous faisons le tour de cette presque île, calme et tranquille.

 

Nouméa, aquariumQuelques jours plus tard, nous allons visiter le nouvel aquarium qui a ouvert en 2007. Celui-ci présente beaucoup d'espèces de poissons que l'on trouve dans l'océan Pacifique et surtout dans les lagons.

Nous en connaissons déjà pas mal que nous avons rencontré lors de nos plongées en Polynésie. Mais, nous découvrons aussi la faune locale comme les serpents de mer, tel le tricot rayé (mortel mais pas agressif..).

Et, nous avons la chance de pouvoir observer des nautiles, animaux préhistoriques vivant à 500m de profondeur.

 

 

 

 

 

Nous commençons aussi à visiter d'autres appartements, car nous devons quitter le notre fin février. Comptant bien rester un petit moment en Nouvelle-Calédonie, nous nous renseignons pour faire venir notre chienne Tosca qui est restée à Paris. Malheureusement pour nous, la quarantaine (un mois obligatoire pour un chien) a fermé depuis plus d'un an et ne réouvrira pas ses portes avant au moins un an.. L'importation d'animaux est donc impossible pour le moment !

Nous profitons des derniers jours qu'il nous reste avant que So ne commence à travailler et n'ai plus que ses dimanches.. On visite différents quartiers de Nouméa et surtout le bord de mer en découvrant les plages, balades et pistes cyclables. Le cadre de vie est vraiment très agréable !

Nouméa, TinaNouméa est bordée d'îlots paradisiaques. Un dimanche, nous allons sur l'île aux Canards en bateau taxi (1000CFP). C'est une réserve naturelle pour les poissons et les oiseaux, on peut donc les observer en snorkeling pour les premiers et en marchant autour de l'île pour les seconds (le centre étant réservé à la nidification). C'est ici que nous observons les plus gros poissons que nous ayons vu. Il y a beaucoup d'espèces différentes et en grand nombre en plus. Une plongée vraiment sympa, surtout quand l'eau est claire !

Après un mois de bus (dites "beuss"), notamment pour aller au travail, on s'achète un scooter ! En effet, le bus n'est pas pratique quand il faut respecter des horaires précis. Ils sont censés avoir des horaires mais aucun ne les respecte et ils sont espacés de 20 à 30mn.. Du coup, on arrive facilement en retard ! De plus, il faut souvent faire des changements et repayer un ticket (210CFP) à chaque fois.. Autant dire que nous apprécions notre nouvelle liberté avec notre scooter ; )

A peine une semaine plus tard, en revenant de la plage, on découvre notre scooter tout rayé. Quelqu'un l'a sans doute fait tomber.. sympa !

Nouméa, Anse VataAu bout de quelques semaines, nous trouvons un F2 sympa dans le quartier de l'Anse Vata (pas loin de la plage ; ). On emménage le 1er mars, avis à nos futurs visiteurs !!
Comme vous l'aurez compris, nous nous installons petit à petit. On ne sait pas encore combien de temps on restera à Nouméa, sans doute le temps de mettre un peu d'argent de côté et de visiter aussi la Nouvelle-Calédonie. Nous nous excusons donc pour le peu de nouvelles et de photos que nous mettons sur le blog en ce moment, mais le travail et les démarches administratives ayant pris la majorité de notre temps, nous ne visitons pas grand chose pour l'instant..

Nous essayons, néanmoins, de découvrir les alentours de Nouméa, là où notre petit 50cc nous permet d'aller bien sûr.. Un dimanche où la chaleur se fait bien ressentir, nous montons donc aux Monts Koghi, à côté de Dumbéa. Plusieurs petits sentiers s'offrent à nous pour découvrir différents points de vue sur Nouméa et surtout pour profiter de la fraicheur de la forêt. On avait oublié notre petit "Pierre Richard" ces derniers temps, mais le voici revenu : So s'étalle de tout son long sur un chemin plat (elle a de qui tenir ; ).. Heureusement, c'est son casque qui prend ! Le pauvre n'aura pas fait long feu, le voilà tout rayé, comme le scooter !
C'est un endroit très agréable et ça fait du bien de sortir un peu de la ville. Nous retrouvons avec joie la nature et surtout le calme, ce qui manque bien à Nouméa.

Je trouve enfin du travail dans un magasin photo à côté de l'appart. Pour la petite histoire, c'est Sophie qui avait déposé son cv début janvier et le magasin l'a rappelé pour un entretien. So ayant déjà un travail, je me suis proposé et ils m'ont embauché ! On économisera ainsi deux fois plus vite ; )
Eh oui, on ne peut rien vous cacher, on rêve déjà de l'Asie !

Parc de la Rivière BleueCe dimanche, ayant soif de nature et de découverte, nous allons voir le Parc Provincial de la Rivière Bleue. En scooter, nous mettons un peu plus d'une heure pour y arriver. Malheureusement, les 2 roues sont interdits à l'entrée pour rejoindre les chemins de rando (les voitures, elles, ont le droit..). Nous marchons donc, en plein soleil, sur un sentier d'un rouge sombre. Les paysages sont magnifiques. Nous ne résistons pas, au bout de quelques minutes, à nous baigner dans la rivière qui ressemble à un lac. Nous reprenons, ensuite, la route dans l'idée de rejoindre les sentiers de rando. Nous y arrivons après 7km en plein cagnard et la seule chose que l'on souhaite c'est se baigner de nouveau!
Nous découvrons un charmant petit endroit ombragé où nous pouvons nous baigner. La rivière forme plusieurs bassins, créant de petites baignoires avec de petites cascades en guise de jacuzzi ; ) que demander de plus ?!
Nous nous délectons de cette pause ! Au retour, un charmant couple, Sam & Amélie, nous propose de nous ramener au parking.. Nous les reverrons quelques jours plus tard pour un bon dîner dans leur magnifique villa ; )

Un mardi, ayant tous les deux notre matinée, nous en profitons pour aller sur l'îlot Maître. Celui-ci est très (trop!) prisé le week-end. Après 10 minutes de bateau taxi, nous nous retrouvons sur une petite île ensoleillée entourée d'une belle eau turquoise. Nous sommes un peu déçus par le snorkeling, bien que l'on apperçoive d'énormes poissons, mais le tour de l'île est sympa. C'est dans ces moments là qu'on apprécie d'habiter ici ; ) On serait bien resté plus longtemps, mais il faut qu'on aille travailler l'après-midi !

Grand Sud, Ilot CasyLe week-end de Pâques, nous avons tous les deux 3 jours de repos. Autant en profiter et partir visiter notre beau pays ; ) Au départ, nous voulions partir sur l'île des Pins, mais les vols étant complets, nous changeons nos plans. Nous louons une voiture pour sillonner le grand Sud !
Notre petite twingo blanche (mais elle deviendra vite rouge !) nous mène donc sur les routes plus que cabossées du sud de la Grande Terre.
Nous nous dirigeons d'abord vers Prony où nous nous arrêtons le temps d'une petite balade en bord de mer. Nous sommes sur les traces de la pénitentiaire, où nous découvrons différents bâtiments recouverts par la végétation.


Nous réservons, ensuite, le bateau pour aller sur l'îlot Casy l'après-midi. Cet îlot est en fait un prolongement de la Grande Terre dont il aurait été séparé il y a un million d'années ! Entouré de sable blanc et d'une eau transparente, c'est un vrai petit bijoux ! On peut y camper librement, il faut juste ramener de quoi se ravitailler ! Bien sûr, l'îlot est très prisé des Calédoniens possédant un bateau. Mais, on arrive facilement à trouver un endroit calme de l'autre côté de l'île. Nous montons vite notre tente (ça faisait longtemps ; ) et prenons l'apéro sur la plage au coucher du soleil.. Seul petit hic : la vue, heureusement lointaine, sur l'usine de nickel située à quelques kilomètres.
Le lendemain, on se réveille tôt pour faire le tour de l'île. Le soleil se lève petit à petit et on découvre la végétation (le maquis minier) sous une lumière ambrée sublime. Le point de vue du haut de l'île vaut le détour.. Avant de partir, un petit peu de snorkeling en compagnie d'une tortue ; )


Grand Sud, Chutes de la MadeleineDe retour à Prony, on se dirige vers Yaté et faisons une halte dans le petit village très paisible de Touaourou. Il n'y a pas grand chose, mais son église et ses petites maisons entourées de montagnes au bord de la mer donnent envie d'y flaner de longues heures. Nous repartons sur les routes en nous arrêtant au gré du vent.
Le Grand Sud est vraiment désertique, la terre est rouge et la végétation riche. Les paysages sont magnifiques !
Après Yaté, nous décidons d'aller voir la côte est vers Unia. Nous suivons une piste où nous ne dépassons pas les 25km/h à cause des nombreux et énormes "nids de poules"! Loin des sentiers touristiques, nous repérons un camping au milieu de nulle part (camping Kwatea, 1000F/tente). Quand nous arrivons, il n'y a personne et les propriétaires sont introuvables, mais nous décidons de rester car le lieu est enchanteur. Le jardin au bord de la mer est composé d'une centaine de palmiers et de petites tables pour pique-niquer. Au bout d'une bonne heure, nous rencontrons la propriétaire qui nous dit que le camping est en fait fermé ; un peu dégoutés nous insistons un peu et pouvons finalement rester. Tout le camping est pour nous et un chien vient nous tenir compagnie. Nous entendons juste le chant des oiseaux, le vent et les vagues durant toute la soirée et la nuit. Un endroit que l'on recommande vivement !

Nous nous réveillons, une fois encore, au petit matin et partons faire des photos au bord de la mer avec notre chien (qui a dormi devant notre tente ; )
C'est un crève coeur de partir de cet endroit idyllique, mais il faut qu'on reprenne la route vers Nouméa.. Avant de rentrer, nous nous arrêtons aux Chutes de la Madeleine. Nous admirons les chutes et faisons le sentier botanique avant de nous baigner dans la rivière en contre-bas.

Un long week-end bien dépaysant, dans la nature et le calme ; )

 

ThioUn autre week-end, nous partons avec Vincent (collègue d'Arnaud) et sa copine Séverine à Thio, sur la côte Est. Nous passons par la foire aux crevettes de Boulouparis où nous achetons 2,5 kg de crevettes, de bons barbecues en perspective ; )
Le temps est plutôt gris, mais cela fait du bien, une fois encore, de s'échapper un peu de la ville.. Nous prenons la route de la traversée pour arriver sur la côte Est, très nature, on adore !

Le premier camping convoité est plein, nous nous rabattons donc sur un autre : le camping Dallas (1500F/tente), très calme et sympa, où nous serons tout seuls ; )
Trois petites filles très sympas nous offrent des feuilles de palmier tressées et nous aident à ramasser du bois. On plante notre tente face à la mer et on sort l'apéro et les crevettes grillées !!  Et, un petit chaton vient nous tenir compagnie, ça nous change des chiens habituels. Il ronronnera toute la soirée en se régalant de notre festin et dormira même devant notre tente. La nuit, étant réveillée par le bruit de la mer montante, je sors admirer le ciel étoilé et apperçoit huit étoiles filantes (je suis un peu à cours de voeux à la fin ! ).
Nous nous réveillons avec un grand soleil et partons nous baigner un peu plus loin dans une eau claire remplie de coraux de toutes les couleurs. Nous reprenons ensuite la route en nous arrêtant aux pieds de petites cascades et cours d'eau, et à chaque points de vue, tous plus beaux les uns que les autres.

On comptait se ravitailler en produits locaux à la foire de Boulouparis  au retour, mais nous arrivons trop tard  : il ne reste presque plus rien. Nous rentrons donc doucement sur Nouméa en repensant à ce court mais beau weekend ! Merci à Séverine et Vincent de nous avoir montré cette belle région ; )

 

Ile des Pins, KutoLe week-end suivant, nous partons trois jours à l'île des Pins. Nous réservons nos nuits au camping Nataiwatch (1800F/tente) près de la plage de Kanuméra, au sud de l'île. Il fait déjà nuit quand nous arrivons, nous installons vite notre tente et allons pique-niquer au clair de lune sur la plage.

Le lendemain, nous découvrons les lieux sous le soleil, le camping ressemble un peu à un complexe touristique, mais son emplacement est idéal près de la plage. Nous sympathisons avec nos voisins de tente : un couple et ses deux filles qui voyagent pendant 4 mois autour du Monde (Luna & Palomichou ; )

Nous partons à pied à Vao, la "ville" de l'île située à 5km. Nous arrivons dans un petit village charmant au bord de la mer avec sa mairie, sa poste, sa banque, son marché (avec 3 étals un samedi..), son épicerie (avec 3 marchandises se battant en duel aussi..) et son école où une kermesse se prépare.

A défaut de pouvoir faire des courses à l'épicerie, nous achetons notre repas à la kermesse. Celle-ci est dédiée aux enfants de l'île pour leur payer le voyage à Nouméa afin de découvrir la ville et ses musées.

L'après-midi, nous revenons en stop au gîte pour aller voir les belles plages qui l'entoure. La plus proche est la baie de Kanuméra avec son rocher défendu au centre, la seconde, plus grande, est la baie de Kuto. Toutes deux ont de la farine en guise de sable où il est très agréable de marcher. Malheureusement pour nous, le temps n'est pas au beau fixe. Le soleil joue à cache-cache avec la pluie et le manque de lumière enlève sa beauté au paysage.

Le lendemain, le temps est toujours pareil, on décide donc de refaire un tour à la kermesse où des danses des enfants sont prévues. Une fois de plus, on se régale des mets préparés par les parents et on regarde les fameuses danses executées par les CM1 et les CM2. L'après-midi, nous partons faire l'ascension du pic N'gâ, point culminant de l'île à 262m.. De là, on peut voir presque toute l'île à 360°, ainsi que tous les ilôts qui la bordent. La vue est magnifique, mais là encore le soleil se fait désirer. Le point positif de ce temps incertain est la venue de plusieurs arc-en-ciel qui confère au paysage une beauté exceptionnelle ; )Ile des Pins, Pic N'gâ

Lundi, le temps est magnifique alors nous louons un scooter (4000F) pour sillonner l'île. Nous partons, d'abord vers la baie d'Oro, à l'est. Là, nous faisons une petite marche à travers la forêt pour nous rendre à la baie d'Upi. Nous croisons plein de touristes venus en pirogues pour aller à la piscine naturelle. Les moustiques sont de sortie sous les arbres, on est donc heureux lorsqu'on arrive enfin de l'autre côté ! La baie est magnifique avec ses rochers au centre, son eau cristalline et ses pirogues qui s'en vont au loin. Les touristes étant tous à la piscine, nous sommes tranquilles de ce côté et profitons du calme enchanteur ; )

Ile des Pins, OroMais, on est aussi venus pour voir la fameuse piscine naturelle et ses poissons. On rebrousse donc chemin pour nous y rendre. Le lieu est tout autant magnifique ! Certes, il y a beaucoup de monde, mais nous trouvons un petit coin tranquille pour poser nos paréos. Nous prenons nos palmes, masques et tubas et allons nous baigner avec une multitude de poissons ; ) L'eau est bien froide à cette période, mais le fait de nager réchauffe ! La baignade est très sympa et les poissons assez variés. Mais, ils semblent bien nourris par les touristes car ils sont vraiment peu farouches !

Nous déjeunons dans cette petite crique en compagnie d'un charmant toutou avant de repartir sur notre scooter. Nous nous arrêtons à la grotte de la Reine Hortense, très jolie à travers la végétation. Nous nous dirigeons, ensuite, vers le nord et arrivons sur une plage déserte dans la baie des Crabes. Là encore, le lieu invite à la rêverie et surtout à une sieste dans un hamac ; )

Ile des Pins, OuaméoUn peu plus loin, notre coup de coeur est la plage de Ouaméo, une grande plage calme et naturelle où jouent les enfants et sont posées les pirogues débordant de filets de pêche.. Le soleil commence à se coucher et il est l'heure pour nous de rentrer car nous reprenons l'avion le soir même. Mais avant, nous allons voir la baie des rouleaux après une petite marche à partir de Kuto.

Nous rendons vite le scooter et bouclons les sacs pour partir vers l'aéroport, les yeux encore tout pétillants de bonheur ! L'île des Pins : une île splendide à découvrir en plus de trois jours !!

 

 

Après avoir vécu 7 mois en Calédonie, nous pouvons dire que c’est un charmant pays avec des paysages grandioses ! Nous sommes loin d’avoir tout vu malheureusement, mais nous reviendrons peut-être un jour.

Le seul point négatif de l’île est le niveau de vie très élevé, la nourriture et le logement coûte cher alors que les salaires de base sont moins élevés qu’en métropole.. Il est donc difficile d’économiser ici.

Une dédicace toute particulière à nos collègues et amis, que nous aurons plaisir à revoir ; )

 

 

 

Nous comptions reprendre la route pour l'Indonésie en septembre, mais finalement nous décidons de rentrer en France pour des raisons familiales. Nous reprendrons sûrement notre voyage dans quelques mois, voire quelques années ; )



  

 

Hébergements : appart, camping

Transports : stop, bus, marche à pied, scooter, voiture

Guide : Lonely Planet Nouvelle-Calédonie

 

 

 

Les lieux que nous avons préférés :

- ilôts autour de Nouméa

- Parc de la Rivière Bleue

- Ilot Casy

- le grand Sud, ses plaines désertiques et sa terre rouge

- la côte Est sauvage

- Ile des Pins : Kanuméra, Kuto, Oro, Upi, Ouaméo

 

 

Ce que nous avons aimé :

- la gentillesse et l'accueil de certains Kanaks

- nos supers collègues ; )

- la nature sauvage dès qu’on sort de Nouméa

 

 

Ce que nous n'avons pas aimé :

- la canicule début janvier

- le niveau de vie très cher et les salaires trop bas 

 

  NOUVELLE-CALEDONIE

Partager cette page

Repost 0
Published by