/ / /

 

 

 

 

14 juin - 30 juin 2010



BoqueteNous sortons du Costa Rica sans encombre et assez rapidement, puis allons à pied à la fontière du Panama. Tout va bien jusqu'à ce que le douanier nous dise qu'il faut qu'on se procure un ticket de sortie du Costa Rica. Como ??? Qué Es ?
Nous devons, en fait, demander au chauffeur du bus de nous en vendre un. Cela fera 15$ chacun. D'accord et ça fait combien en colones ? Non, non pas de colones, seulement des dollars.
Donc, comme au Nicaragua, rebelotte, nous devons trouver une personne entre les deux frontières pour faire le change, et n'ayant pas le choix et la possibilité de négocier le taux, nous nous faisons bien avoir. Nous demandons à cette même personne si elle échange des balboas (monnaie locale du Panama) mais elle n'en a pas, et le chauffeur du bus nous dit qu'il est préférable d'échanger notre argent, dans une des nombreuses banques de David, à un taux beaucoup plus intéressant. Nous lui faisons confiance, et arrivons enfin à destination vers 22h.

Nous faisons le lendemain le tour des banques et toutes refusent de prendre nos colones. Nous apprenons très rapidement que le dollar est plus utilisé que le balboa dans ce pays. Heureusement, avec obstination, une banque nous indique l'adresse d'une banque costaricaine. Elle-même n'échange pas sa propre monnaie, mais nous trouve une petite agence qui pourra le faire. Au bout d'une bonne heure de recherches, nous pouvons enfin nous débarrasser de nos colones et avoir nos fameux dollars à un taux encore moins avantageux qu'à la frontière. Grand merci au chauffeur du bus ;)
Même si l'arrivée dans ce pays a été assez mouvementée, nous retrouvons avec plaisir les anciens bus scolaires des Etats-Unis, transformés en bus publics avec leurs couleurs locales. Les habitants sont très sympas, certains s'étonnent de ce que l'on peut bien venir faire dans leur pays et nous retrouvons quelques Indiens avec leurs habits traditionnels, comme au Guatemala. Bref, une bouffée d'authenticité qui nous manquait depuis un petit moment. Ca fait du bien de se sentir dépaysés ! Nous pouvons même remanger à des prix tout à fait corrects, 2 à 3 fois moins cher qu'au Costa Rica. Notre porte-monnaie est ravi !
Nous partons le jour même pour Boquete, petite ville entourée de verdure, de collines et du volcan Balcu (le seul du pays et donc le plus haut avec 3475m de hauteur). Les randonnées sont nombreuses dans les alentours et à ce qu'il paraît très jolies. Nous arrivons sous la pluie, c'est le déluge, et après une recherche rapide, nous choisirons de dormir à l'hôtel Rebequet (20$), l'un des meilleurs rapports qualité/prix.

BoqueteEn ce moment, tous les après-midi sont pluvieux. Du coup, on en profite pour faire des randos le matin ! On prend un collectivo pour nous emmener au début du sentier Sendero los quetzales, dans le parc national du volcan Balcu, une jolie randonnée qui dure 4-5h où l'on peut apercevoir des quetzals (avec beaucoup de chance, ça reste un oiseau rare..).
On commence donc la rando en longeant la rivière, ce qui nous mènera à une belle cascade, en seulement 1h30 !! On cherche partout la suite du chemin, mais introuvable ! On est obligé de rebrousser chemin, comme plusieurs autres touristes.. On ne comprend pas où est le sentier de 4-5h de marche ! On essaiera plusieurs autres petits chemins, sans succès non plus.. cette rando reste un mystère, tout comme le mystérieux quetzal..
On se console dans un restaurant français, où nous mangerons une salade niçoise, une terrine de pâté, un filet mignon, une crêpe au nutella (devinez pour qui !) et une poire au miel et à l'orange.. mmh

 

Le lendemain, nous visitons le jardin "Mi jardin es su jardin", appartenant à un particulier et dont l'entrée est gratuite ! Il est très grand et les fleurs sont aussi diverses que belles...

Nous resterons une semaine, le temps que So se remette d'un coup de froid.. Eh oui, dès qu'on passe de 35° à 20°, on attrape froid !
Du coup, entre la fièvre et la pluie, nous n'aurons pas beaucoup vu cette région.

Isla BastimentosOn part ensuite pour l'archipel Bocas del Toro, au nord du pays, sur la côte caraïbe. Pour ce faire, nous reprenons un bus pour David, puis un collectivo pour Almirante. Là, une barque motorisée nous emmène à l'île principale Isla Colon où nous prendrons une autre barque pour l'Isla Bastimentos, moins touristique. Après ces quelques heures de transport, nous arrivons en fin d'après-midi et nous choisissons une chambre dans la Guest House Beverlys Hill (30$), où nous avons une vue imprenable sur la mer.
Le climat change ici, nous avons de nouveau chaud ! C'est fou la différence de température en quelques kilomètres.

Le lendemain, nous nous réveillons et apprécions de nouveau les couleurs des Caraïbes : mer turquoise, palmiers d'un vert brillant, oiseaux aux couleurs vives et maisons de toutes les couleurs. Nous décidons d'aller à la plage, située de l'autre côté de l'île (de notre côté, les maisons sont sur pilotis). Nous devons traverser la forêt par un petit sentier très très boueux, car un violent orage a éclaté la nuit précédente.. Nous qui étions chaussés de tongs (on ne peut pas prévoir les bottes à tous les coups !), nous terminons pieds nus avec de la boue jusqu'aux chevilles.
Heureusement, au bout d'une demi-heure, on entend la mer et on se baigne avec plaisir ! La plage Wizard est magnifique, quasi déserte, d'un sable blond et s'étendant à perte de vue.

 

Isla BastimentosLa seule chose que l'on regrette sur cette île est l'absence de chemins pour la parcourir ! Elle est assez petite pour être visitée à pied, mais aucun chemin ne traverse la forêt dense, si ce n'est celui qui va à la plage. On est obligé de prendre un bateau pour faire le tour de l'île.. Nous nous sommes renseignés pour nous rendre au parc national se trouvant de l'autre côté de l'île et les prix sont tout simplement exorbitants ! On nous annonce 50$ l'aller/retour !! On arrive à faire baisser jusqu'à 30, mais c'est encore trop cher à notre goût, on laisse tomber le parc.

On restera 4 jours sur cette île que nous avons trouvée magnifique, mais ici ça vaut vraiment le coup d'avoir un petit bateau pour visiter tout l'archipel, d'autant que la mer est calme !

Nous reprenons la route et passons une nuit à David (hôtel Occidental 25$), avant de nous diriger vers Panama City. Pour ce faire, nous prenons un bus pendant 8h et arrivons à la capitale de nuit sous la pluie. Puis, en taxi nous allons au premier hôtel (indiqué dans le lonely), malheureusement celui-ci est complet.
Un taxi dans la rue nous indique gentiment un hôtel pas très loin. En le cherchant nous tombons par hasard sur une auberge de jeunesse complète aussi, mais qui nous propose de dormir dans le couloir !
Nous retournons sous la pluie chercher l'autre hôtel qui lui, pour le coup, nous propose plusieurs chambres. Nous comprenons vite pourquoi il n'est pas rempli vu son état. Une nuit suffira pour nous reposer. Nous ferons le tour des hôtels corrects et bon marché le lendemain.

 

Panama City

 

Nous visitons ensuite la vieille ville et recherchons un billet d'avion pour l'Equateur.
On nous a fortement déconseillé de passer les frontières Panama/Colombie et Colombie/Equateur par la route car les régions sont encore dangereuses. Et comme nous devons être en août au Pérou pour voir la soeur de So et son mari, on décide de se rendre directement en Equateur. On visitera la Colombie, qui est paraît-il un pays magnifique, lors d'un futur voyage.. On ne peut pas tout faire non plus !



Hébergements : hôtels, guest house
Transports : bus, collectivo, lancha, marche à pied

Guide : Lonely Planet Central America

 

 


Les lieux que nous avons préférés :
- Boquete
- la plage Wizard sur l'île Bastimentos

- le vieux quartier de Panama city



Ce que nous avons aimé :
- le réseau développé des transports en commun
- la gentillesse des locaux
- la nourriture bon marché


Ce que nous n'avons pas aimé :
- les après-midi de pluie à Boquete
- l'absence de chemin sur l'île Bastimentos
- les déchets qui gâchent la belle nature de Bastimentos

 

 

PANAMA

Partager cette page

Repost 0
Published by