/ / /

 

 

 

24 juillet - 31 août 2010

 

 

Equateur - PérouNous partons de Vilcabamba, en Equateur, pour rejoindre Piura, au Pérou. Un premier bus nous mène à Loja, puis un second jusqu'à Piura en 7h. Ce dernier part à 13h, nous devons donc arriver à 20h.. Mais, c'est sans compter sur les "petites" pannes que nous rencontrons parfois. Au beau milieu d'un virage nous sursautons tous à un "bang" étourdissant : un pneu vient d'éclater. Le chauffeur change la roue, non sans mal, ce n'est quand même pas évident !
Quelques minutes après être repartis, nous nous arrêtons en pleine descente. Le chauffeur nous dit qu'il a un problème de freins et qu'un autre bus va arriver dans 1h30.. Là, beaucoup de gens se débrouillent pour partir en stop. Le chauffeur "trifouille" le moteur pendant 1h et finalement nous repartons jusqu'à une petite ville avant la frontière où un autre bus nous attend. Le passage de la frontière se fait sans encombre et nous arriverons à minuit, avec 4h de retard, à Piura.
Nous prenons le premier hôtel qui a une chambre de libre, ce n'est malheureusement pas le moins cher, mais ils sont tous complets et nous avons un besoin express de dormir !

Le lendemain, nous trouvons l'hostal Santa Lucia (40 soles, environ 11€), moitié prix que le précédent. Nous faisons le tour du centre ville, puis partons pour la petite ville de Catacaos, célèbre pour son artisanat. Nous déambulons dans les petites rues où se côtoient bijoutiers, chapeliers, artisans et restaurants. Tout le monde est dans la rue et apprécie ce dimanche ensoleillé.

Pour l'instant, nous ne sommes pas trop dépaysés par rapport à l'Equateur, si ce n'est le changement de paysage, qui lui est radical. Les plaines et les routes droites ont remplacé les montagnes et les routes sinueuses.

Piura - Trujillo

 

C'est d'ailleurs lors du trajet Piura - Trujillo (7h) que nous en aurons la preuve en traversant des plaines désertiques avec même quelques dunes de sables ! On se croirait en Afrique, nous ne pensions pas voir cela au Pérou.

Nous arrivons à Trujillo de nuit et choisissons un petit hôtel à 45 soles, les autres sont complets ou à des prix excessifs. Le centre ville et la place des Armes sont jolis avec leurs façades de couleurs vives. Tout le monde s'active pour la préparation de la fête nationale du 28 juillet : les groupes de musique s'entraînent, les vendeurs de drapeaux font "fortune" et les petits vendeurs de rues sortent de partout.

 

Chan ChanNous partons visiter le site Chimù (ancêtres des Incas) de Chan Chan, à côté de Trujillo. Neuf forteresses abritant les tombes de neufs rois Chimù y ont été bâties, mais seulement une seule a été rénovée. Nous parcourons le chemin bien flêché qui permet de découvrir l'aspect de la cité d'antan. Les petites ruelles font un peu penser à certains ksours de Tunisie. Ensuite, nous découvrons par nous-mêmes les sites des autres temples pas encore rénovés et beaucoup plus authentiques.

Nous revenons ensuite en ville avec un collectivo pour nous offrir un bon restaurant pour notre anniversaire ; )

Le soir, nous avons droit à un concert sur la place des Armes, les stands de nourriture péruvienne sont pris d'assaut et la police est même obligée de laisser entrer les gens au compte-gouttes sur la place tellement il y a de monde !

 

N'ayant que des bus de nuit allant à Huaraz, nous prenons celui de 20h et arrivons à 6h du matin. Le trajet passe assez rapidement et nous réussissons quand même à dormir un peu malgré nos voisins ronfleurs, et des odeurs douteuses à chaque fois que la porte des sanitaires s'ouvre. Nous tentons de trouver un petit hôtel, mais il est encore trop tôt et beaucoup sont complets. Eh oui, nous sommes fin juillet et c'est la semaine de la fête nationale, les Péruviens sont eux aussi en vacances. Nous n'avons pas d'autre choix que d'aller nous réfugier au chaud dans un café (les matinées sont très froides) en attendant que la ville se réveille et que des chambres se libèrent.


Nous trouvons, quelques heures plus tard, une chambre de libre. La saison touristique battant son plein, il est difficile d'avoir une chambre correcte à bas prix. Nous passerons notre après-midi à flâner dans la ville, puis à nous reposer. La ville de Huaraz n'a rien d'exceptionnel, quadrillée comme beaucoup de villes américaines avec des bâtiments cubiques sans charme. Seule la place des Armes est agréable, mais il suffit simplement de lever la tête pour voir un paysage et des couleurs sublimes. Nous sommes entourés par la Cordillère noire et la Cordillère blanche. Les montagnes culminent entre trois et six mille mètres et certaines enneigées sous un pur ciel bleu nous font penser à des cartes postales.


HuarazNous partons le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, au mirador de Rataquena. Nous devons d'abord nous rendre, après une bonne montée, au cimetière qui se situe au sud de la ville, puis continuer jusqu'à un petit chemin de terre qui contourne la colline. Le chemin zigzague et monte petit à petit (ce qui est très bien car nous sommes à plus de 3000 m). Toute la montée se fera en musique ; il y a un enterrement dans le cimetière en bas, et ils y jouent une musique gaie et chaleureuse qui raisonne dans toute la vallée. Nous ne rencontrons sur la route qu'un éleveur de moutons qui s'avère très sympa. Une fois en haut, la vue est magnifique ; nous voyons la ville en tout petit et les deux cordillères qui s'étirent d'est en ouest. Nous restons un bon moment à contempler ce superbe paysage que nous offre la nature avant d'être rattrapés par l'appel de la faim.

Nous mangeons des papas rellena (pommes de terre au four fourrées à la viande) et des oeufs de caille, dans la rue.. mmh !

HuarazLe lendemain, nous faisons la rando des ruines de Willcahuain, superbe balade passant par des villages typiques et surplombant la ville de Huaraz. Les ruines n'ont rien d'exceptionnel mais le paysage est magnifique. Nous voyons les sommets de la Cordillère blanche et les cultures en terrasses de la Cordillère noire. Les gens sont très sympathiques et nous indiquent volontiers le bon chemin à suivre. Nous redescendons, après avoir goûté un mate de coca, vers Monterrey.
Arrivés là, nous voulons profiter des bons bains chauds de la ville. Nous nous baignons dans la grande piscine (d'une couleur marron.. due au soufre !). Ce n'est qu'après être sortis de l'eau, nous être séchés et changés, que nous nous apercevons qu'il y avait des bains chauds individuels, comme nous avions testé en Dominique. On regrette un peu, mais la piscine ferme, du coup ça sera pour une autre fois !

On se rend ensuite directement à Lima. Pour ce faire, on teste la luxueuse compagnie de bus Cruz del Sur, on se croirait sur une ligne aérienne : repas servi à bord sur petite tablette adossée au fauteuil, coussin dans le dos, couverture, repose jambes, dvd et même wi-fi.. On a aussi le privilège de jouer à notre premier bingo !
On n'arrivera cependant que 9h plus tard au lieu des 6h annoncées, et ce dû aux embouteillages juste avant et dans la capitale.

Bon, il faut être honnêtes, nous nous sommes dépêchés de rejoindre Lima car ma soeur Marie-Pierre et son mari Frédéric y sont depuis deux jours. On devait se retrouver à Cuzco un peu plus tard mais on n'a pas résisté à l'idée de leur faire la surprise ! Ca fait presque un an qu'on ne les a pas vus..
Ce sera dur de les retrouver car il y a trois hôtels portant le même nom dans le quartier de Miraflores ! Finalement, nous les retrouvons grâce à l'aide d'une gentille réceptionniste qui appellera les autres hôtels. Nous nous présentons tôt le matin (ne connaissant pas leur programme!) à leur hôtel et les prenons presque au saut du lit ; ) La surprise est réussie, nous passons la matinée ensemble, avant qu'ils ne partent pour Pisco.
Lima
L'après-midi, nous visitons le centre ville, la place des Armes et les rues piétonnes alentours. Puis, nous nous rendons dans le quartier de Barranco, mignon mais petit. On peut y voir la mer du pont des Soupirs.

 

Le lendemain, nous prenons un bus jusqu'à la ville d'Ica, puis un taxi pour nous rendre à l'oasis de Huacachina. Nous arrivons de nuit et avons du mal à trouver un hôtel de libre. On s'attendait à un petit lieu tranquille dans le désert, mais on se rend vite compte que c'est très touristique ! Le petit village qui entoure l'oasis est rempli d'hôtels et de restaurants et la musique dance est à chaque coin de rue. Nous restons tout de même une nuit pour essayer le sandboard le lendemain et surtout apprécier le paysage de jour.
HuacachinaNous prenons deux planches de surf à l'hôtel et gravissons, non sans mal, une des dunes autour de la lagune. Le début est un peu décevant car nous ne glissons pas du tout sur le sable, au contraire l'avant de nos planches s'enfonce.. On fait donc du sur place, jusqu'à la venue d'un gentil Péruvien qui nous donne de la wax (paraffine et cire pour mieux glisser). On en enduit nos planches et là ça glisse trop ! Les gamelles commencent.. Ca reste une expérience sympa, surtout pour les débutants (le sable est moins dur que la neige quand on tombe ; )
Après la brume matinale, le soleil se lève sur l'oasis et là l'endroit devient magique. L'eau reflète les palmiers et les dunes dorées nous surplombent de plusieurs dizaines de mètres.

Nous quittons dans l'après-midi ce bel endroit pour rejoindre Nazca. Nous atteignons la ville en début de soirée et prenons une chambre à l'hôtel El Mirador (50 soles/14€ avec ptit dej). Le soir, nous dînons dans un petit restaurant où nous rencontrons un couple français avec qui nous sympathisons.
Pour voir les fameuses lignes de Nazca, il faut soit prendre un petit avion, soit monter en haut d'un mirador. Bien sûr, nous choisissons la deuxième solution et allons au mirador en bus (2soles). Là, nous montons en haut du mirador où nous ne pouvons voir que deux dessins : les mains (qui ressemblent un peu à un oiseau) et l'arbre. On nous dit qu'on peut voir aussi le lézard, mais on n'en verra qu'une patte !
Bien sûr, c'est assez impressionnant mais nous sommes un peu déçus quand même. Sûrement que vu d'avion c'est mieux, mais ça reste un peu dangereux (il y a eu plusieurs accidents mortels).
Sur les conseils du couple français, nous allons aussi visiter les canaux de Cantalloc. Jolies constructions de puits en spirale menant à des canaux faisant circuler l'eau des Andes.

ArequipaLe soir, nous prenons un bus de nuit pour aller à Arequipa, la ville blanche.

La nuit ne sera pas terrible et nous ne dormirons pas beaucoup. Arrivés en ville, nous prenons une chambre à l'hostal Casona Blanca (60soles/16€ avec ptit dej) et rattrapons notre sommeil !

Nous nous baladons ensuite dans le centre ville qui est très joli et nous rappelle les villes de San Cristobal (Mexique) ou Antigua (Guatemala).

Les maisons sont colorées, il y a beaucoup d'églises et des maisons de style colonial. Ca sent les vacances, les Péruviens sont dans les rues et tout le monde profite de la journée ensoleillée..

 

Nous partons le lendemain visiter le fameux monastère de Santa Catalina. Fondé en 1579 et après avoir été habité pendant trois cents ans par des nonnes ; il est, depuis 1970, ouvert au public. Nous commençons la visite par le patio du silence avec ses murs couleur orange vif, qui est collé au cloître des orangers, d'un très beau bleu violet ;  nous aimons beaucoup le mélange. Nous visitons les anciennes chambres de nonnes de taille moyenne mais avec un tout petit lit, et leurs anciennes cuisines presque toutes munies d'un four typique en argile. Nous empruntons ensuite de petites ruelles rougeâtres en passant par un oratoire et un lavoir.

Arequipa, monastère Santa CatalinaLe monastère est en fait un village dans la ville, et on a l'impression d'être loin de tout. Nous aimons aussi beaucoup son architecture, ses voûtes et ses formes arrondies.

Nous ne pouvons résister à la pâtisserie du village, et on ne le regrette vraiment pas ; le brownie tiède et la tarte aux pommes sont délicieux, dignes d'une boulangerie française!

Nous passons ensuite par la cuisine principale et son grand fourneau, la baignoire presque aussi grande qu'une piscine, le réfectoire, puis le cloître majeur en blanc et rouge et finissons par la grande pinacothèque.

Une visite à ne pas manquer !

 

Le lendemain, nous visitons Yanahuara, un joli quartier avec ses petites ruelles pavées et sa place ombragée. Nous nous baladons ensuite dans la ville le nez au vent. Arequipa, malgré sa grandeur, reste une ville très agréable. Le soir, nous retrouvons Marie-Pierre et Fred pour un dîner bien sympa ; )

Pour les jours suivants, nous décidons de partir pendant 3 jours et 2 nuits dans le canyon de Colca, un des plus profonds du monde (3400m). A 9h du matin, il n'y a pas de bus allant directement à Cabanaconde, point de départ de la randonnée. Nous prenons donc un premier bus pour nous rendre à Chivay. Sur la route, nous pouvons apercevoir des vigognes sur l'Altiplano. Nous arrivons vers 13h, mais là surprise : il n'y a pas de bus pour Cabanaconde avant 17h.. Nous essayons bien le stop, mais aucune voiture ne va aussi loin (il y a 2h de route). Nous qui voulions descendre en bas du canyon l'après-midi même, nous devons revoir nos plans.. Finalement, nous dormirons notre première nuit à Cabanaconde et ferons le lendemain deux jours de randonnée en un !
Canyon de ColcaLe matin, nous nous réveillons tôt et partons d'un pas aguerri vers le canyon. On voit remonter des tonnes de touristes partis aux aurores de l'oasis avec des guides. Au bout de deux heures, nous sommes seuls sur le chemin et la vue s'avère magnifique. Nous distinguons tout en bas une oasis de verdure (pas très naturelle mais jolie) avec quelques piscines.. Arrivés en bas après 2h de descente, un petit bain est le bienvenu et nous nous prélassons dans une grande piscine pour nous tout seuls. Il est dur de repartir une fois qu'on a connu un tel havre de paix, mais c'est sans compter les touristes qui arrivent par groupes entiers et qui nous font vite déguerpir de ce lieu paradisiaque, devenu club de vacances !
Nous nous remotivons pour gravir la montagne de l'autre côté du canyon afin d'atteindre le village de Malata où nous mangeons une bonne platée de riz avec de l'alpaga pour Arnaud. Les petits villages sont bâtis à flanc de montagnes et sont entourés de cultures en terrasses. Les seules routes y menant sont les petits chemins que nous empruntons. Toutes les courses et le matériel nécessaires aux habitants sont transportés à pied ou à dos de mules! Cependant, ils ont bien l'habitude aussi bien les adultes que les enfants, une dame nous confiera même effectuer la remontée du canyon en 2h (il nous en faudra 5..) !

Nous repartons ensuite pour notre dernière destination avant la nuit : le village de San Juan de Chuccho, là, le chemin s'avère plat ou en pente et nos jambes n'en sont pas mécontentes. Nous arrivons finalement en fin d'après-midi au village où nous trouvons un petit hôtel simple mais convivial. Nous y rencontrons une sympathique famille française ayant beaucoup voyagé, qui réalise la randonnée en sens inverse.
Nous remarquons d'ailleurs que nous sommes les seuls à effectuer la rando dans ce sens et nous comprendrons bien notre erreur le lendemain, la remontée étant plus dure et plus longue de ce côté..

La nuit, nous admirons la voûte céleste, remplie de milliers d'étoiles, qui s'étend pure et infinie sous nos yeux..

Canyon de ColcaRéveil aux aurores aujourd'hui, nous devons réussir à prendre le bus à Cabanaconde à 11h. Enfin, les horaires ne sont pas certains, différentes personnes nous ayant indiqué 9h, 10h, 11h ou même 14h... Nous nous dépêchons donc de trouver le pont pour rejoindre l'autre côté du canyon et commencer notre ascension de plus de 1000m.. Malheureusement, nous perdons une heure à trouver le fameux chemin ; la dame de l'hôtel nous ayant gentiment indiqué un raccourci mais pas du tout balisé. Une fois le pont traversé, il nous reste 4h pour rejoindre Cabanaconde et avoir le fameux bus, pas facile mais faisable !
Le début de la montée commence bien car la pente est douce, c'est après 700m de dénivelé que ça se corse pour moi. Arnaud est en tête, bien motivé, mais moi mes forces me lâchent, je me fatigue très vite et je dois faire des pauses très souvent. Même à l'arrivée où c'est relativement plat, je n'arrive plus à mettre un pied devant l'autre alors qu'on a déjà fait des randos plus dures que celle-ci. Mais les courbatures de la veille et un mal de ventre persistant m'achèvent.
Nous arrivons en haut une heure après le départ du bus.. Et bien sûr, il n'y a plus de bus avant 22h. Cela ne nous dérangerait pas de dormir à Cabanaconde si nous n'avions pas déjà réservé et payé la nuit de ce soir à Arequipa. C'est la fête de la ville et nous voulions y assister. Nous faisons le tour de la ville à la recherche d'un minibus touristique ou d'un taxi et nous trouvons finalement un bus d'un groupe de touristes Hollandais qui veut bien nous emmener jusqu'à Chivay pour 20 soles. Nous acceptons avec plaisir et aurons droit aux arrêts de 5mn pour les photos aux différents miradors.. Arrivés à Chivay, nous loupons de peu le bus de 16h, heureusement il y en a un une heure plus tard. Nous arrivons donc à Arequipa vers les 21h où nous retrouvons avec bonheur notre lit !

 

Les 14 et 15 août, c'est la fête de la ville d'Arequipa, qui célèbre son 470ème anniversaire. Le soir, un petit feu d'artifice a lieu et le lendemain c'est un défilé qui dure toute la journée avec des danses et des costumes traditionnels..

Quelques extraits en vidéo (pour les voir en grand, cliquez sur le carré blanc) :

 

                                                                                                                                        
Après quelques jours de repos, nous prenons un bus de nuit (Cial, 50soles/14€) pour Cusco. Nous prenons une chambre dans un joli petit hôtel (Casa Grande, 70soles/20€). La place des Armes et le centre ville sont très agréables. On se perd facilement dans les petites rues qui portent encore leur nom Quechua.

CuscoLe lendemain, nous passons la journée avec Marie-Pierre et Fred qui reviennent du Machu Picchu. Au départ, on devait le visiter ensemble, mais c'était sans compter la compagnie de chemins de fer Perurail et ses prix plus qu'abusifs !
Nous avons trouvé deux allers en train Cuzco - Agua Calientes à 48$, le prix le moins cher en train backpacker. Là, ça va encore, mais le retour était à 300$ par personne ! Nous avons dû, avec regret, repousser notre visite de quelques jours pour avoir des places de train à des prix plus raisonnables et renoncer à voir le Machu avec Mp & Fred..
Nous réussissons à passer encore un peu de temps avec eux avant qu'ils ne reprennent leur avion. C'est passé très vite mais qu'est-ce que ça fait du bien de revoir ses proches !
L'après-midi, nous visitons le monastère Santo Domingo, qui a été construit sur des vestiges incas. On y voit d'ailleurs des murs bâtis à l'aide d'énormes blocs de pierres, bien conservés. Mais, nous sommes un peu déçus par la visite, il ne vaut pas le monastère Santa Catalina d'Arequipa, qui, à nos yeux, reste le plus beau.

Nous passons nos journées à flâner dans la ville et ses ruelles pavées. On déplore juste l'usage des voitures dans certaines rues qui sont plus qu'étroites ! La ville est super agréable, même si elle reste très touristique et qu'on nous propose des massages ou des restaurants tous les deux mètres sur la place des Armes..

Le dimanche, nous nous levons tôt afin de prendre le train pour Agua Calientes (48$). Le voyage dure un peu plus de 3h. Après avoir traversé des champs de quinoa et de pommes de terre, nous longeons un torrent et sommes à flanc de montagne. Nous arrivons dans la petite ville touristique au pied du Machu Picchu et nous prenons une chambre dans le joli petit hôtel Rumy Llaqta (60 soles/17€).
Nous achetons nos billets pour le Machu (126soles/35€) et le billet de bus aller pour nous y rendre (20soles/5€), puis filons déjeuner dans le restaurant Indio Feliz recommandé par le Routard et Mp & Fred ; ). Le menu est assez cher (49soles/14€) mais vraiment copieux et délicieux !

Le lendemain, réveil aux aurores pour arriver dans les premiers au Machu Picchu !
Enfin, c'est ce qu'on pensait faire, le réveil à 5h du matin ne nous a pas trop plu. Nous ne prenons finalement pas le 1er bus à 5h30, mais celui de 6h20. Il faut savoir qu'il y a, en fait, un bus qui part toutes les 5 minutes pour le Machu, donc inutile de s'y précipiter, ni de faire la queue dès 3h30 afin de prendre le tout premier.
Vingt minutes plus tard, nous y voici enfin ! Le site n'a vraiment pas usurpé son droit de faire partie d'une des sept nouvelles merveilles du Monde ; c'est tout simplement splendide ! Le lever du soleil, derrière les montagnes, qui rayonne sur toutes les ruines, est magique.
Machu Picchu
Nous nous trouvons sur le mirador du site au meilleur moment de la journée et enchaînons photos sur photos. Nous nous baladons ensuite tranquillement en direction du Wayna Picchu, afin de voir s'il reste des places pour monter à son sommet (seulement 400 personnes par jour peuvent y avoir accès). Nous faisons la queue pendant une dizaine de minutes pour nous apercevoir, en fait, que nous sommes largement dans les temps (nous sommes 187 et 188ème.) Peu de gens s'inscrivent, en fait, pour cette randonnée, il suffit simplement d'être sur le site avant 10h !
La randonnée pour le sommet du Wayna Picchu, est assez facile, composée de marches et de cordes, nous arrivons en haut au bout d'une heure. Pour être franc, la vue du Machu est plus belle du mirador, mais la vue des environs et des montagnes qui nous entourent vaut vraiment le déplacement ! Nous mangeons un petit pique-nique au sommet, et faisons le tour des ruines. Il est impressionant de voir une telle construction tout en haut d'une montagne ! Nous remarquons que nous pouvons en fait y rester le temps que nous voulons, contrairement aux guides qui annoncent 2h maximum. Il faut juste prendre en compte que le site ferme à 13h.
Nous redescendons ensuite afin de mieux visiter ces fabuleux vestiges incas. Construit au 15ème siècle par l'empereur Pachacutec, comme résidence secondaire pour lui et sa cour, ce village à 2400 mètres d'altitude et entouré de montagnes (Wayna Picchu la plus connue et photographiée) est très bien conservé. Certaines maisons sont encore debout. Nous passons par les temples de la Lune, du Condor, et du Soleil,  et nous nous reposons sur les places en herbes que broutent des lamas plus que dociles. La vue donne directement sur les terasses irriguées par les mêmes rigoles 500 ans auparavant.  Nous terminons la visite par le Palais Royal, le quartier des prisons et la tour centrale. Nous retournons à Agua Calientes à pied en une petite heure afin d'économiser le billet de bus..
Nous avions prévu de retourner à Cusco à pied et en bus, car il ne restait des billets de train qu'à 300$ par personne.. Mais, finalement nous trouvons un billet de train à 31$ pour Ollantaytambo, on s'y rend donc afin de visiter la vallée sacrée.
La ville a conservé le plan de la cité inca (longues ruelles étroites entrecroisées), ainsi que ses pavés. On prend une chambre à l'hostal El Chasqui (55soles/15€, hostalelchasqui@hotmail.com) et nous partons visiter la forteresse inca.
La femme qui nous vend les bolleto turistico est sympa et nous antidate les billets pour qu'on puisse visiter les sites  d'Ollantaytambo, Moray et Pisac en trois jours au lieu des deux prévus par le billet. Intéressante construction de terrasses à flanc de montagne menant à un temple. Là encore, les canaux d'irrigation datant des Incas sont encore utilisés de nos jours.

SalinasLe lendemain, nous prenons un collectivo en demandant au chauffeur de nous déposer avant Urubamba pour aller aux salines à pied. Les paysages sont superbes, la terre est rouge et des aloés vera bordent le chemin par endroit. Nous grimpons un peu et les salines apparaissent devant nos yeux au détour d'un virage. C'est tout simplement époustouflant de voir la récolte du sel en pleine montagne !
Les couleurs vont du blanc au marron, en passant par le beige, en fonction du niveau de sel. Nous faisons le tour des 4000 bassins et remontons de l'autre côté de la vallée pour rejoindre Maras à 12km. Nous arrivons sur les hautes plaines où les bergers emmènent brouter leurs vaches, ânes, chèvres et moutons, avec les montagnes enneigées en arrière-plan..

Arrivés à Maras, nous cherchons un hôtel mais il n'en existe qu'un et il n'y a personne. Nous prenons un taxi pour aller voir le site de Moray, des terrasses de forme arrondie. Puis, nous décidons de rejoindre Urubamba en stop pour la nuit où le choix des hôtels est plus vaste (hotel Maurus, av Convencion, 40soles), tout en nous rapprochant de la destination du lendemain : Pisac.
Pour nous y rendre, nous prenons un bus (2soles/0,50€) et dégotons une hospedaje sympa (55soles/15€). Puis, nous montons en taxi pour visiter les ruines qui sont assez étendues dans les montagnes. Nous redescendons ensuite à pied jusqu'à la ville. Les paysages sont superbes avec la lumière du soleil qui descend et les terrasses échelonnées à flanc de montagne.
Nous retournons à Cuzco en bus (2,40soles), où nous nous reposons deux jours avant de repartir vers Puno au bord du lac Titicaca.
Pour ce faire, nous prenons un bus (15soles/4€) et arrivons de nuit où nous prenons une chambre dans l'hôtel Manco Capac Inn (50soles). Là, nous faisons connaissance avec deux Français Sandrine et Frédéric qui étaient avec nous dans le bus. Nous allons manger ensemble une bonne pizza au feu de bois. On se recroisera peut-être en Bolivie ;)

PunoLe lendemain, nous allons voir de plus près ce fameux lac (le plus haut lac navigable du Monde à 3810m). Nous voyons, comme à Cusco, beaucoup d'enfants jouer avec des cerfs-volants. Nous décidons d'en acheter un pour en faire cadeau à un enfant en Bolivie. Mais avant, nous le testons avec joie au bord du lac, tout en retombant en enfance ! L'endroit est idéal pour en faire.
Nous avons aussi la chance de voir deux petits cochons d'inde sauvages près du lac, ainsi que beaucoup d'oiseaux.

Nous partons, le jour suivant, à 7h du matin pour Copacabana en Bolivie.





Hébergements : hôtels, hospedaje
Transports : bus, taxis, collectivo, marche à pied, train
Guides : Routard Pérou - Bolivie, Lonely Planet South America



Les lieux que nous avons préférés :
- Trujillo
- oasis de Huacachina
- Arequipa
- canyon de Colca
- Cusco
- Machu Picchu
- Ollantaytambo et ses ruelles incas
- les salines près de Maras


Ce que nous avons aimé :
- les paysages désertiques
- les randos dans la région de Huaraz
- les transports pas chers en bus
- les menus du jour pour 2€
- les retrouvailles avec Mp & Fred ; )
- le nombre de sites incas
- la diversité des paysages en fonction des régions
- la flûte de pan ; )


Ce que nous n'avons pas aimé :
- le nombre de touristes en août !
- les maux de ventre..
- le prix élevé du billet de train pour le Machu
- les hôtels un peu bruyants
PEROU

Partager cette page

Repost 0
Published by