/ / /

 

                                                 
 

16 mai -14 juin 2010

 

Santa Elena            Après avoir passé la frontière à pied, nous trouvons un bus pour nous emmener à Liberia. Un petit concert nous accueillera sur la place centrale pour notre dîner. Nous dormirons une nuit dans cette petite ville, paisible mais sans trop de charme, avant de reprendre la route pour Santa Elena.
Nous pensions faire ce morceau de route rapidement et arriver tôt mais nous attendrons le bus pendant 3h30 ! Nous avons beau essayer le stop, il ne marche que pour les locaux.. Nous arrivons donc en fin d'après-midi à Santa Elena, après avoir traversé des paysages magnifiques dans les montagnes embrumées.

Santa Elena est un village assez touristique et la région recèle deux réserves naturelles avec des chemins de rando, beaucoup d'animaux et des activités sportives (canyoning, rafting, tyrolienne..).

Nous choisissons un petit hôtel sympa et propre (El Sueno).

 

Nous commençons à visiter la région par la randonnée Cerro Amigos, qui mène à un superbe point de vue d'où l'on peut apercevoir le Pacifique et la mer des Caraïbes. Nous montons donc bien motivés pour arriver en haut afin d'admirer la vue.. C'est sans compter sur la brume, qui envahit peu à peu le paysage au fur et à mesure de notre ascension!
Nous arrivons en haut complètement essoufflés par la montée qui est assez rude et dégoûtés car nous ne voyons rien à plus de 10m !
Là-haut, nous rencontrons un Costaricain avec qui nous discuterons un petit moment et qui nous conseillera plein de coins sympas du pays (ça tombe bien, c'est ceux qu'on voulait voir!).
Nous redescendons ensuite, accompagnés par des chants d'oiseaux et des cris de singes. La randonnée est agréable, bien que raide, mais il vaut mieux la faire tôt le matin pour avoir la vue en plus !

Santa ElenaAu retour, nous allons voir le jardin des papillons, très intéressant, où nous revoyons des papillons que nous avons vus lors de la randonnée.

Certains sont magnifiques, tels les Morpho Helenor Marinita, des papillons bleus qui volent tellement vite qu'on n'a pas le temps de les photographier !

 

Nous partons aujourd'hui découvrir la réserve de Santa Elena. Randonnée dans une forêt tropicale, où plusieurs chemins plus ou moins longs nous sont proposés. Nous sommes tout excités en pensant que nous allons voir plein d'animaux (oiseaux de toutes les couleurs dont le fameux quetzal, grenouilles, araignées, serpents etc).
La balade est vraiment belle, les chemins pas trop glissants, bien balisés, donc nous n'avons aucunement besoin d'un guide. 
Nous commençons à peine qu'un agouti passe devant nous, mais au bout d'une bonne heure de marche nous sommes toujours à la recherche d'animaux exotiques.
Nous sommes entourés de chants d'oiseaux, mais la forêt est tellement dense que nous en apercevons seulement quelques-uns de loin.
Santa ElenaEt, manque de chance pour nous, ce sont les taons qui sont de sortie. Chaque fois que nous nous arrêtons plus de dix secondes pour observer les alentours, il y en a toujours deux ou trois d'entre eux qui nous tournent autour et nous piquent (surtout So) à la moindre occasion.


Donc, qui dit forêt très dense + haltes trop courtes = on ne voit rien du tout de la matinée ! Nous sommes donc assez déçus par cette excursion, qui s'annonçait pourtant très bien ! On va dire que ce n'était pas notre jour de chance même si la balade (plus de 3h) est quand même sympa !

 

Le soir, un petit tremblement de terre se fait ressentir alors que nous sommes à l'hôtel. Les murs tremblent, c'est assez impressionnant mais cela ne durera que quelques secondes heureusement..

Santa ElenaNous restons un jour de plus à Santa Elena, afin de retenter notre chance pour voir plein d'animaux. Le propriétaire costaricain de l'hôtel, très sympa, nous conseille plutôt d'aller au Santuario Ecologico qu'à la réserve de Monteverde (un peu trop touristique). Nous suivons donc ses conseils et c'est vrai que la balade est superbe. Comme à Santa Elena, il y a différentes pistes qui durent plus ou moins longtemps. Un coup nous sommes en pleine forêt, puis comme une sorte de petit bois, et ensuite dans une vallée avec vue dégagée, et il y a même de jolies cascades.
En plus, nous sommes les seuls touristes de la journée à nous promener. Bref, vraiment tranquille. Malheureusement, nous ne voyons pas beaucoup plus d'animaux que la dernière fois : deux agoutis, quelques oiseaux, et quand même un petit serpent. Mais, le temps, très nuageux et pluvieux, ne donne sûrement pas envie aux habitants de la forêt de sortir de leur nid douillet ! Tant pis, la randonnée était quand même bien jolie !

 

L'étape suivante est la ville de La Fortuna à côté du volcan Arenal, très connu pour ses éruptions de nuit. Depuis Santa Elena, nous pouvons soit y aller en 4x4 et bateau pour 50$ en 2h30 ou bien avec deux bus pour 6$ en 8h (dont 3h d'attente pour le deuxième bus)... On a pris la deuxième solution bien sûr, on a le temps, il faut en profiter !
Malheureusement, le temps n'est pas avec nous, nous arrivons sous l'orage et la pluie..
Après avoir fait le tour des hôtels dont la plupart offrent des chambres à 40$, nous trouvons un petit hôtel (Las Palmas) très mignon avec une belle vue sur le volcan, petite cuisine à partager, tv et internet, le tout pour 16$ !! sûrement le meilleur rapport qualité/prix de la ville..

 

La FortunaLe lendemain, nous partons faire une petite balade jusqu'au lac Cerro Chato près du volcan.. enfin petite balade c'est ce qu'on pensait en partant. On marchera en fait pendant 7h pour environ 16km!
Nous allons tout d'abord jusqu'à la réserve écologique (achetez les billets d'entrée au début de la route, ils sont un peu moins cher qu'à la réserve). Ensuite, la promenade est super jolie, nous avons une vue d'ensemble sur la plaine et nous sommes entourés de fleurs exotiques (alpinia, oiseaux de paradis, rose de porcelaine, bananier etc.). Déjà, on se dit que ça grimpe dur, mais on n'a encore rien vu ! lol

On arrive à une forêt, ou plutôt une jungle, où un chemin pas du tout entretenu monte jusqu'au lac (marches de 1m de haut, passages glissants, branches en travers..). Un panneau indique 1km pour le lac, donc on ne se dégonfle pas et on y va. Ca sera le km le plus long ! On verra dans la forêt des tatous à neuf bandes et des amazones à front blanc. On arrive finalement au lac, très joli, vert et rempli de petites grenouilles. On se baigne et on mange vite fait car il est déjà 16h et la nuit ne va pas tarder..
Le retour est dur aussi malgré le terrain en pente ! Un mignon petit chien nous accompagne sur une bonne partie du chemin. Arnaud a failli l'adopter, moi je reste fidèle à ma Tosca ; )

On arrive de nuit à l'hôtel (heureusement, on avait notre super portable/lampe de poche!). Et là, on découvre le Paradis : la douche ! On savoure, on savoure et promis demain on ne fait rien !

 

Et effectivement, après une journée de repos (il fallait bien ça pour se remettre des courbatures!) nous décidons d'aller voir l'autre cratère du volcan, celui qui est en eruption.
Nous avons d'ailleurs eu droit dans l'après-midi à une explosion avec un gros nuage de fumée au-dessus du volcan.
Pour aller voir l'autre cratère, il faut un véhicule et bien sûr il n'y a pas de bus, donc obligés de prendre un tour operateur. Nous prenons le moins cher (10$) et tant mieux car ce soir-là, il n'y a pas grand chose à voir. On aperçoit juste un peu de lave au sommet du cratère et le long du volcan. Cela ne donnera rien en photo..
Ensuite, nous allons nous baigner de nuit dans une rivière chauffée par le volcan et pile à la bonne température ; )

 

La Fortuna

 

Nous nous dirigeons ensuite vers la côte Caraïbes. Pour ce faire, nous passons une nuit (Casa Leon) dans la capitale, San José. Le centre ville est agréable, bien qu'il y ait beaucoup de monde. On nous prévient que ça peut être dangereux de nuit.

Puis, nous allons jusqu'à Puerto Limon où nous passons une nuit (hôtel Miami). Nous sommes accueillis par la joie et les cris des supporters de foot, heureux de la victoire de leur ville. Les klaxons retentissent dans toute la ville et la joie se lit sur tous les visages..

 

TortugueroAujourd'hui, nous rejoignons Tortuguero, un petit village entre lagune et océan, bordé par une réserve naturelle. Nous allons tout d'abord à Moin en taxi pour prendre ensuite un petit bateau pour traverser la lagune. Le trajet nous paraît cher (35$) mais il nous faudra finalement 4h pour arriver à destination ! Nous passons par des paysages magnifiques et voyons des tas d'oiseaux, des singes araignées un crocodile et un bébé caïman !


Tortuguero est un endroit très joli et agréable. On y trouve un petit hôtel sympa (Miss Miriam 2), on fait quelques courses et on se balade sur la plage jusqu'au coucher du soleil.. C'est un petit paradis ; )

Le lendemain, on se promène dans le village et sur la plage, un chien nous suit à l'aller et au retour ! Un jeune homme nous propose de nous ouvrir de jeunes noix de coco (agua pipa) : très bon, sucré, il paraît que cela a de bonnes vertus. Ils les cueillent soit avec de grands bâtons en poussant les noix de coco, soit en montant directement sur le tronc qui est souvent droit comme un i et à plusieurs mètres du sol !
Des enfants demandent ensuite à Arnaud de jouer avec eux au foot, ce qu'il accepte avec grand plaisir !
Le soir, nous allons de nuit sur la plage pour tenter d'apercevoir des tortues marines venues pondre. On est en pleine saison, mais nous ne voyons rien..

TortugueroBien décidés à visiter le parc national de bonne heure pour profiter de la "fraîcheur", qui avoisine déjà les 30° à 7h du matin, nous réussissons à nous lever tôt !
Pour marcher sur les sentiers, les bottes sont obligatoires (mais sincèrement des chaussures de marche suffisent s'il ne pleut pas). C'est donc bottés de nos belles bottes prêtées par l'hôtel que nous nous y rendons. Nous payons l'entrée 10$ pour un sentier de 4km.
A peine entrés dans la forêt, des dizaines (des centaines?) de moustiques, et insectes en tout genre, nous entourent et ne nous lâchent plus ! Nous nous faisons "dévorer" et si nous avons le malheur de nous arrêter pour prendre une photo, c'est encore pire !
Nous avons juste le temps de voir des singes araignées en haut d'un arbre avant de sortir de cet enfer du côté de la plage. Nous nous baignons dans une eau idéale sur une plage déserte à des km à la ronde.. le paradis après l'enfer !
Au loin dans la mer, nous croyons voir la carapace d'une tortue, mais celle-ci disparaît très vite..
C'est en revenant l'après-midi (avec pantalon et répulsif !) que nous apercevons sur la plage deux traces de tortues ! Nous les avons loupées de peu..
Nous retournons sur le sentier du parc (eh oui, inutile de payer l'entrée du parc, le chemin longe la plage et tout le monde peut y accèder.. mais ça personne ne le dit aux touristes !), mais à part des fleurs, des papillons et des fourmis, nous ne verrons rien..
Nous sommes déçus par le sentier pédestre du parc national, la lagune est magnifique, mais le sentier n'a rien d'exceptionnel.

 

TortugueroNous restons un jour de plus à guetter l'arrivée des tortues sur la plage.. sans succès ! On était pourtant bien motivés pour sortir sous la pluie avec nos k-ways, pour marcher 4km sur la plage.. de nombreux rochers nous donnent l'illusion d'en voir, mais non !
On avait prévu d'aller ensuite à Parismina travailler avec une association qui aide à la sauvegarde des tortues marines (rondes de nuit, ramassage des oeufs pour les mettre à l'abri des prédateurs, identification des tortues..) Un programme bien sympa donc. Mais, il faut savoir qu'à Tortuguero et Parismina il n'y a pas de distributeur de billets et nous sommes un peu à cours d'argent. On nous avait dit qu'on pouvait demander aux commerçants d'avoir de l'argent contre la CB, mais ils n'en ont pas assez non plus.
On doit donc, avec regret, annuler notre séjour à Parismina.. faute de monnaie, c'est tout de même "con" !

Le lendemain, on rejoint donc Puerto Limon en lancha (petit bateau). On aperçoit de nouveau un crocodile et un paresseux dormant dans un palmier. Arrivés à Limon, Arnaud retire de l'argent, pendant que j'attends avec les bagages près du bus qui est prêt à partir pour Cahuita, plus au sud.
On arrive finalement à avoir le bus, tout se goupille bien. Jusqu'à l'arrivée à l'hôtel (Cabinas Palmer avec cuisine à partager pour 18$), à Cahuita, où Arnaud se rend compte qu'il n'a plus sa carte bleue.. Sûrement oubliée au distributeur à Limon ! (A sa décharge, c'est mal foutu ici, les distributeurs rendent la CB après l'argent et le ticket!).
Du coup, on doit faire opposition (merci les mamans pour tout le tracas administratif !). Heureusement, il nous reste ma CB pour continuer le voyage ; )

 

CahuitaLa nuit, nous sommes réveillés par un très violent orage, qui éclate pas loin de nous, si ce n'est au-dessus de nos têtes ! Il pleuvra ainsi jusqu'au lendemain midi..


Nous faisons le tour du village, un peu touristique, mais tout de même très agréable, surtout en basse saison ! Nous empruntons un petit chemin qui longe la plage, Playa Negra, sur la gauche du village et des chiens nous suivent jusque dans la mer !

Le soir, Arnaud est invité par l'employé de hôtel, très sympa, pour jouer au billard. France - Costa Rica la revanche ! Et comme au foot, la France s'impose 2-1 ; )

 

  Le lendemain, nous visitons le parc national, à droite du village, dont la plage de sable blanc fait partie. Le prix de l'entrée, contrairement aux autres parcs, est laissé à la libre appréciation des gens, on donne ce que l'on veut. La balade d'environ 8km qui longe la plage est superbe, nous changeons plusieurs fois d'environnement : plage, jungle, forêt..

CahuitaNous voyons plein de jolies fleurs, des singes hurleurs, des capucins, des grenouilles, des crabes, un lézard "Jésus-Christ" (il est capable de marcher sur l'eau), un toucan et une vipère jaune (très venimeuse!).

Nous croisons un homme qui travaille dans le parc et qui nous dit qu'il y a aussi des crocodiles de plusieurs mètres, mais nous n'en verrons pas (heureusement car nous sommes à pied !).

Nous ne verrons pas non plus de tortues marines, pourtant il y a un lieu de ponte pas loin.. On est décidément pas fait pour en apercevoir !

Nous allons visiter la petite ville de Puerto Viejo de Talamanca, assez touristique aussi mais très mignonne. La mer borde la ville, d'un côté protégée par une barrière de corail comme un lagon, de l'autre c'est le coin des surfeurs avec les grosses vagues qui vont de paire.

Aujourd'hui, nous changeons de côté, nous avons décidé de rejoindre la côte Pacifique ! Pour cela, nous allons à San José avec un premier bus, puis direction Manuel Antonio et son parc national. On nous prévient que l'endroit a été dévasté par une tempête quelques jours plus tôt et que beaucoup d'arbres sont tombés. Nous arrivons ainsi 8h plus tard dans un paysage nous rappelant la tempête de 99 en France : des tonnes d'arbres jonchent le sol, beaucoup de champs sont inondés et pour arranger le tout il continue de pleuvoir. Néanmoins, on voit que les gens n'ont pas perdu de temps et les routes sont déjà déblayées.
Nous trouvons un charmant petit hôtel (Coco beach : piscine, tv,wifi,frigo pour 30$), à côté du village Manuel Antonio, de la plage et du parc national.
Notre première journée sera mouillée : bodyboard dans les vagues du Pacifique, puis quelques brasses dans la piscine et enfin une bonne douche sous la pluie en revenant des courses !

Manuel AntonioLe lendemain, nous visitons le parc national de Manuel Antonio. A peine entrés, nous dépassons vite quelques groupes de touristes et apercevons déjà 2 biches qui passent devant nous. Quelques mètres plus tard, c'est au tour des capucins. Cette fois, c'est toute une petite famille qui nous entoure et nous pouvons presque les toucher.
C'est la première fois que nous en voyons d'aussi près, mais on soupçonne les touristes de les nourrir de temps en temps..
Nous verrons en tout une vingtaine de capucins de très près à différents endroits du parc, ainsi que deux paresseux, deux coatis, deux agoutis, des iguanes et des lézards.
Le parc est vraiment magnifique, même si certains chemins restent fermés suite à la tempête des derniers jours et qu'il y ait beaucoup de touristes !
Nous nous baignons aussi sur une plage paradisiaque et rencontrons deux Françaises avec qui nous parlerons un long moment (Magalie & Fanny ; )
Nous quittons ensuite ce beau pays, très nature mais pas très authentique compte tenu du nombre de touristes, pour le Panama. Pour ce faire, nous prenons d'abord un bus pour Quepos, puis San Isidro del Generel, et enfin un bus qui va directement à David, deuxième plus grande ville du Panama.





Hébergements : hôtels
Transports : bus, collectivo, lancha, marche à pied
Guide : Lonely Planet Central America

Les lieux que nous avons préférés :
- Santa Elena
- la région du volcan Arenal
- Tortuguero
- Cahuita et son parc national
- parc national de Manuel Antonio


Ce que nous avons aimé
:
- les animaux sauvages que l'on peut souvent voir
- le nombre de réserves et de chemins de rando
- l'amabilité des gens
- les super cookies Pepperidge Farm que l'on a retrouvé ; )
- la Pura Vida !


Ce que nous n'avons pas aimé :
- les prix plus élevés que dans les pays limitrophes
- les prix souvent affichés en dollars au lieu des colones..
- les moustiques dans le parc national de Tortuguero !
- les bus qui ne desservent pas tous les endroits ou juste une fois par jour
- le nombre de touristes à Manuel Antonio
- perdre la CB d'Arnaud...


COSTA RICA



Partager cette page

Repost 0
Published by